Ce jour où j'ai été agressée (témoignage sur l'homophobie)

Je vais ressasser, et bien que ça ne soit pas mon genre de prendre autant part à un débat, j’avoue avoir du mal à me taire en ce moment, surtout en tant que victime d’homophobie.

Ce qu’il en ce moment en France me fait à la fois honte et peur. Ces montées d’intégristes, extrémistes, fanatiques ultra violents, wouaw ; ça fait froid dans le dos.
Quand je vois l’actualité je ne peux m’empêcher à toutes ces histoires lues/entendues quand le nazisme s’est installée en Europe. Ces espèces de déferlantes de haines, ces vagues de terreurs et d’horreur qui s’immiscent insidieusement mais surement un peu partout et auxquelles aucune disposition n’est prise à la juste mesure.

Oui, je peux le dire et l’affirmer, en tant qu’homo je ne me sens pas en sécurité dans mon pays.

L’homophobie, comme 99% des homosexuels je l’ai vécu. A travers des insultes, mais aussi à travers des actions.

Travaillant dans un établissement gay quand j’avais 18ans, je me suis fait agresser à 2 reprises en finissant mon boulot. Un gars un peu oppressant qui me draguait… dont j’ai refusé les avances mais qui a malgré tout insisté.
Tellement que ce sont mes clients qui ont été le voir en lui disant gentiment que j’étais gay et que son acharnement ne servait à rien. S’il voulait trouver une femme, il faudrait qu’il aille ailleurs.

Les 2 fois, on peut le dire j’ai eu « chaud » et il n’en n’a fallu que de peu pour éviter le pire.
La 1ère fois, le gars m’a attrapé juste devant le bar et m’a plaquée au mur ; heureusement l’épicerie d’à côté était suffisamment proche pour m’entendre crier et débarquer aussi sec, mettant un terme direct aux agissements de mon agresseur.

La 2nde fois, quelques jours plus tard, toujours ce même type (ce que j’ai remarqué après), a attendu que je tourne dans une ruelle pour m’attraper.
J’ai eu énormément de sang froid sur le moment et c’est ça qui m’a « sauvé » je pense. Il m’a trainé jusqu’à ma voiture en se tenant derrière moi. Malgré la peur j’ai senti qu’il puait l’alcool (cette haleine dans mon cou beurk. C’est d’ailleurs une odeur que je ne supporte pas : l’haleine à la bière) et marchait pas super droit. J’vous garantis qu’il y a avait même pas 2 minutes de marche jusqu’à ma voiture mais que cela m’a paru une véritable éternité ; et pendant ce laps de temps, j’ai brossé dans ma tête tous les scénarios possibles. Et si je fais ça, et s’il fait ça, et s’il réagit comme ça, et si, et ça…
Le seul truc sur lequel je me suis focalisée c’est l’alcool : j’étais sûre qu’il avait trop bu et que ça serait sa faiblesse : réussir à le déséquilibrer. Au même titre que je me suis focalisée sur le fait qu’il faille absolument que je vise son entrejambe…
Qu’est ce que je fais ? Je tape au risque de me louper ? Je lui pince les c***** s’il me lâche les bras ? Mais ça veut dire que ces bras à lui seront libres…
Je fais semblant de trébucher ?  Est-ce que je feinte et l’amène dans une rue plus éclairée … mais ça veut dire que je n’ai pas ma voiture comme « issue » ?
Est-ce que je lui fais faire un détour, mais s’il sans rend compte ça va l’énerver ?

Je me rappelle avoir prié pour rencontrer quelqu’un dans la rue, croiser une voiture, quelque chose… mais rien. Quedal.
T’es seule face à toi-même.

Arrivée à ma voiture, cet homme m’a plaqué face contre ma voiture.  Voulant me montrer ce qu’était un « vrai » homme (dixit ses paroles), il a voulu m’écarter les jambes à l’aide des siennes…. J’étais stable, lui non. J’ai saisi ce minime petit quart de seconde pour balancer un énorme coup de pied.
Le tout pour le tout.
Heureusement j’ai quand même réussi à le toucher et a taper suffisamment fort pour lui faire faire un recul et surtout qu’il me lâche… et vu qu’il avait mal et qu’il a probablement été surpris, j’en ai profité pour le pousser (c’est là que j’ai vu que c’était ce même type). Heureusement toujours, mes clefs étaient dans ma poche (et heureusement j’ai le bipbip parce qu’à ce moment là trouver le trou de la serrure je ne suis pas sûre que j’aurai réussi)… Je me suis enfermée dans ma voiture et suis partie comme une malade, en calant, ratant les vitesses. J’ai fait la route avec le frein à main enclenché…. c’est dire. Me demandez pas pourquoi, mais pour être « remarquée » j’avais mis la musique à fond dans ma voiture… Le bruit ça leur fait peur non ? Heureusement encore, il n’y avait personne sur la route, car oui, ce jour là, je l’avoue j’ai fait un énorme excès de vitesse en ville. J’ai aussi éclaté le frein à main pour le coup mais ça, sincèrement, j’étais presque contente de payer le garagiste!
Quand je me suis garée, et c’est peut-être débile, j’étais sûre qu’il m’avait suivie. c’est con ; lui était à pied, moi en bagnole à fonds… à 5 bornes de là. Mais j’étais juste tétanisée dans ma caisse. J’ai récupéré tout ce qui pouvait me servir d’armes : stylos, clefs…
Je pense avoir battu le record du monde de vitesse pour rentrer chez moi…. Bien entendu, je n’ai pas dormi de la nuit. J’ai bloqué ma porte d’entrée, gardé une batte de baseball à côté de moi au « cas où ». J’ai réalisé bien des heures plus tard ce à quoi j’avais échappé. Bref, tu psychotes totalement.

Le lendemain, j’ai appelé une amie par peur de sortir de chez moi. Elle est venue me récupérer pour aller à la fac. J’étais juste terrorisée… elle m’a tanné d’aller voir les flics, mais j’avais tellement peur que je ne voulais pas (oui, on a des réactions débiles). Mais en passant devant ma voiture, le choc.
Le gars savait forcément où je vivais : j’avais une énorme croix gammée sur le pare-brise inscrite à l’indélébile… avec une poubelle de ville sur le toit et tout son contenu éparpillée. Traumatisée, c’est ma pote qui a dû conduire ma voiture jusqu’aux flics… et est resté avec moi le temps que je dépose plainte contre X. De ce jour là, je me suis fait raccompagner tous les soirs (et je n’ai jamais eu d’autres problèmes) ; et surtout quand je sors d’un endroit, j’ai TOUJOURS mes clefs de voiture dans ma poche droite (pour être plus réactive) ; j’ai investi dans une bombe lacrymo que j’ai dans ma poche gauche avec la main dessus prête à agir. Je ne me gare JAMAIS dans des ruelles non éclairées. Je ne sors JAMAIS seule la nuit.

Bref. Cet évènement a radicalement changé ma vie.

J’ai eu une chance monumentale… une série de petites choses, de décisions prises à l’instinct qui ont fait que j’ai réussi à me sauver. Mais j’aurai très bien pu mal réagir, prendre une mauvaise décision, être tétanisée, avoir bu, ne pas avoir les clefs dans ma poche, ne pas le toucher en tapant… ça ne tient à quasiment rien. Oui, pour une fois dans ma vie, j’ai eu beaucoup de chance.

Tout ça pour dire que le climat qui règne en France actuellement me fait ressasser ce souvenir… inexorablement.

Ces propos qui sont tenus par ces « antis » soient disant pas « homophobes », cette haine. Ces réactions démesurées, ce déchainement d’horreurs verbales et physiques ; cette violence gratuite et injustifiée. C’est exactement ce que j’ai vu/ressenti ce jour-là.  Cette peur viscérale ; retrouver ce sentiment d’appréhension de dire que l’on est gay – sentiment que je n’avais pas revécu depuis mes 18ans. Ces poussées de violence, de haine, c’est quelque chose que je ne comprends pas et qui me font fatalement peur. On assiste à une énorme radicalisation qui semble être des plus normale… comme si c’était la suite « logique » des choses.

Oui je le dis, moi qui n’ai jamais eu honte de dire que j’étais homo si la question se posait (je ne le dis jamais si on ne me pose pas une question qui m’ « oblige »), aujourd’hui, je me méfie de tout le monde. Car oui, on est entourée de ces gens là et personne ne connait leurs réactions à en juger par l’actualité. Le pays est au bord de la crise de nerfs.

La vendeuse que j’ai embauchée est contre ce mariage gay ; j’ai du vendre à une cliente des fards à paupières pour qu’elle se tartine la tronche pour aller manifester… Je sais que mes proches et mes patrons prendront ma défense sans aucun problème. N’empêche que je ne me sens plus en sécurité par rapport à tout ça alors que je suis dans mon propre pays. Je ne me sens plus sereine  quand je vois tous ces débordements qui restent (et resteront) impunis, auxquels personnes (Autorité) ne semblent réagir à hauteur des réels préjudices causés. Oui ces gugus sont interpellés et ?

Rien.
Interpellés et relâchés.
Pas de peine, pas de sanction, rien. Et pourtant l’homophobie est un acte censé être puni par la loi…
Tout le monde devrait aller voir les flics porter plainte contre cette homophobie/racisme ambiant, ce harcèlement moral finalement lié à toutes ces manifestations ; à force de persévérance, les Autorités finiraient par « craquer » et réagir comme il se doit.

Publicités

9 réflexions sur « Ce jour où j'ai été agressée (témoignage sur l'homophobie) »

  1. Je ne pense pas que tout les manifestant soient homophobes, mais je pense qu’il y en a bien 80%. Quand t’entends une dame qui répond à un journaliste en lui disant que si son fils était gay elle pourrait pas le supporter, et une jeune femme militante d’extrême droite qui dit qu’elle est française parce qu’elle est catholique et qu’elle sous-entend que les autres ne sont pas Français, qu’elle est contre la mariage gay et qu’elle dit ça en brandissant la Bible… des fois je me dis qu’on a pas besoin d’aller au Mali si on veut zigouiller des extrémistes, des extrémistes y’en a en France, et si on s’en occupe pas personne ne viendra le faire à notre place… Et sans compter l’homophobie « banalisée ». Je me souviens qu’au collège (c’était y’a genre 3 ou 4 ans) un groupe de filles dans ma classe faisaient des réflexions racistes en disant à un ami gay « le vestiaire des mecs ? T’es sûr ? » et des trucs comme ça _ elles avaient dû entendre ça dans des séries télé ces abruties et trouver ça certainement très drôle _ le même jour, quelques dizaines de minutes après, elles me traitent de raciste parce que, le ballon de Hand Ball étant passé par-dessus un gars de ma classe de petite taille, j’avais sourit. « Il est interdit de discriminer les gens à cause de leur taille ou de leur poids » (la fille qui m’a dit ça était un peu ronde). La blague. Je lui ai répondu que ce n’était pas moi la plus raciste des deux… j’ai jamais plus entendu de réflexions de leur part…
    En fait y’a deux problèmes : les gens qui se rendent pas compte qu’ils sont racistes et les extrémistes religieux…

    J'aime

    1. Je comprends ton point de vue et en même temps, le fait de ne pas accepter l’égalité des Droits, est-ce que ça ne rentre pas en compte dans l’homophobie ?
      Je ne sais pas trop, à mon sens, je tends plus vers l’affirmative ; j’vais dire, si on accepte pas par exemple que les blacks se marient avec des blancs, c’est bien du racisme ? C’est parce qu’on accorde pas les mêmes droits aux blacks qu’aux blancs qu’on parle de racisme. Pour moi les « anti » mariage gay, c’est un peu pareil. Après je pense qu’il y a des « degrés » d’homophobie : il y a une différence entre la personne que ça dérange, la personne que ça ne dérange pas mais qui fait comme si ça n’existait pas, la personne qui mais refuse de l’admettre ou encore la personne qui voue carrément une haine profonde (etc. etc.) Après que dire des homos qui sont contre ? Eux sont franchement inclassables… je suis assez mitigée sur ce terme « homophobie » quant aux opposants ; maintenant quand je vois leur acharnement jour après jour, je pense qu’on peut bien parler d’homophobie. Bref. c’est assez complexe tout ça.
      Après je suis totalement d’accord il y a ceux qui le sont mais qui ne le savent pas (ou ne veulent pas l’admettre aux yeux de la société)… et il y a les extrémistes religieux… qui sont eux, forcément racistes et homophobes. Après la Religion si on la prend au pied de la lettre est ambigüe : l’homosexualité est un pêcher… mais il faut aimer/respecter son prochain et seul Dieu est juge. Jusqu’à preuve du contraire tous ces manifestants ne sont pas dieu, donc pourquoi jugent-ils ?
      Bref, tous ces débats ont le même fond, mais l’utilisation de certains mots/arguments n’est pas forcément adéquates.

      J'aime

      1. En fait les gens se cachent un peu derrière la religion je crois « dieu à dit »… c’est pareil pour tout. On est censé tous s’aimer mais la Bible est très misogyne, en fait les gars qui l’ont écrites sont un peu des escrocs je crois… quand tu sais que la femme a été créée après l’homme parce qu’il se faisait chier mais surtout après les animaux, tu te poses des questions… c’est pareil pour l’homosexualité… soi-disant c’est un péché, mais comme tu dis « seul dieu est juge ». Chacun interprète la Bible comme il l’entend avec les passages qui l’arrange…

        J'aime

      2. C’est ça, et même plus généralement, c’est comme tous les livres religieux : chacun l’interprète à sa sauce… et comme ça l’arrange.

        J'aime

  2. Ahlala, c’est tellement vrai ce que tu dis là ! Moi qui ne suis pas concernée mais qui ai des amies qui préfèrent les filles, j’ai peur et je suis consternée par ce que je vois et que j’entends.
    Je suis d’accord avec toi, on se croirait dans les années 30, où la crise, le malaise social et la difficulté de la vie ont fait basculer beaucoup de gens dans l’extrémisme…
    Mais ceci dit ça n’explique pas tout. On est quand même dans un pays où le principe de base est que nous constituons un peuple uni et indivisible (d’où la laïcité etc) par quelques critères que ce soit.
    Aujourd’hui, les gens ont oublié que notre pays est fait d’une multiplicité d’origine, de cultures, de langues et de traditions. Ils ont oublié que la religion, la sexualité et l’alimentation sont des éléments privés de la vie personnelle de chacun. Ils rêvent d’une société qui n’a jamais existé, même au plus loin qu’on remonte dans notre histoire…c’est un fantasme, qui comme l’histoire nous l’a déjà prouvée, peut être dangereux.

    J'aime

    1. C’est ça ! Les gens oublient un peu trop vite.
      Notre pays est en crise, le gouvernement (quel qu’il soit) déplait, les français en ont marre, de tout : payer toujours, impôts, taxes, ces branquignoles au pouvoir, le pouvoir d’achat qui diminue, le chômage, etc. Je pense que le vrai fond du problème est là. Cette loi est nécessaire pour l’égalité, mais pour la majorité d’entre eux, elles ne les concernent pas, donc pour eux ça n’était pas leur priorité… Ils auraient préféré qu’on pense à leur cas à eux avant, ce qui les touche eux. Maintenant, en tant qu’homo, oui ça me saoule de payer toujours plus, voire mon pouvoir d’achat diminuer, être confrontée au chômage. Mais ça me gonfle aussi que ma vie personnelle et de couple ne soit pas « légitime » : pour bien des papiers un acte de concubinage m’aurait aidé. En tant qu’homo : pas le droit. Si ma femme à un enfant, j’ai même pas le droit de poser un jour pour aller l’accompagner ou aller à la maternité, il faudrait que je prenne des RTT. Si j’ai un gosse, qu’on élève ensemble et que je meurs, elle n’a AUCUN droit sur l’enfant… même si elle l’a élevé 15 ans à mes côtés. Donc oui, ça n’est pas une priorité pour tous… c’est évident ; mais il n’est pas normal en 2013 que tous les français n’aient pas les mêmes droits et considérations juridiques. Et même si tous les autres problèmes me dérangent tout autant que les français, il n’en reste pas moins que je souhaite, comme tous, la protection de mes enfants, ma femme, et mon patrimoine.

      Bref, (oui j’ai tendance à m’étaler sur le sujet ^^)
      Les gens ont «  »profité » » de cette loi pour aller manifester et tout mélanger… Depuis l’histoire Cahuzac, les débordements aux manifestations sont de plus en plus fréquents et violents (à regarder de plus près, n’est-ce pas là que ça à commencer à partir en cacahuète d’ailleurs?).
      J’pense que l’amalgame est là : les gens en ont marre et ont « besoin » de le dire. Le prétexte était facile. Les gens râlent pour ce mariage… mais aussi sur la façon dont est décidé la loi… or elles sont toutes décidées pareilles… depuis des lustres. Pourquoi râler maintenant sur la façon de procéder ? C’est bien qu’il y a un problème plus profond derrière ?
      J’vois pas d’autres explications. Comment sinon expliquer qu’en Espagne ou Angleterre, bien plus religieux et traditionalistes, ce mariage soit passé comme « une lettre à la Poste »?

      J'aime

  3. Ton témoignage est éclairant et viens donner du poids à ceux d’autres personnes gays souffrant de ce climat horrible qui règne en France aujourd’hui.

    Néanmoins, quelque chose m’a dérangé dans la fin et cet inconfort est enfoncé par le premier commentaire, c’est l’utilisation « homophobie/racisme », j’ai l’impression que tu croies en une égalité de ces termes ou que tu associes racisme et discrimination comme synonymes (comme le fait Leo dans son commentaire)…
    Si ce n’est pas le cas, ignore mon commentaire.
    Mais sinon, attention à ne pas détourner des termes : le racisme est l’oppression subie par les non-blancs de façon systémique. Le fait de banaliser le mot racisme a pour effet d’invisibiliser les souffrances des personnes de couleur.

    Il faut dénoncer l’homophobie (mais attention à ne pas propager d’autre oppression par inadvertance).

    J'aime

    1. racisme et discrimination ne sont pas la même chose. En revanche, le racisme, tout comme l’homophobie sont des discriminations.
      Pour moi le racisme ne se réduit pas à l’oppression des « non-blanc » : pour moi il y a des racistes envers les asiat’ (qui sont blancs) au même titre qu’il y a des black racistes envers des blancs. Toujours de mon point de vue, les racistes ont une vision des humains à travers des « races ». C’est un terme plus large.

      Je dénonce l’homophobie et en aucun cas, même par inadvertance, je ne propage d’autres oppressions. Bien au contraire. Ma femme est asiatique ; j’ai vécu dans des pays rebeus et black. Et pour moi c’est inconcevable de s’arrêter à l’apparence et/ou religion et/ou culture.
      Je considère les humains comme des humains, ça s’arrête là.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s