Payer des impôts,oui mais…

 255168_293318260785480_1315457169_n La France est parmi les pays européens où le taux d’imposition est le plus élevé… Wouaw ça fait peur, non ? Tu m’étonnes que nous autres, pauvres petits contribuables, on en ait ras la hotte.
Attention, qu’on soit claire : je ne suis pas contre l’impôt ; je ne prône pas l’impôt zéro : on profite d’une société, d’un système que l’on partage. Chacun a un rôle à jouer, notamment dans une forme de contribution.
Là où cela me gêne, c’est la hauteur de la contribution et son usage. Voilà donc 13 raisons qui font que je ne veux plus payer d’impôts :

1. La mauvaise gestion

Nous sommes censés payer de l’impôt pour contribuer à une société meilleure, l’aider à « vivre » (ou devrais-je dire « survivre » en ce moment). A mon sens, voilà la 1ère raison qui fait que je n’ai plus envie de payer d’impôts : quand je vois la gestion actuelle, j’ai juste envie de vomir.
J’ai du mal à comprendre ce concept : pourquoi nous devrions, nous citoyen, être solidaires de la merde qu’engendrent les politicards ? Bah ouais… quand nous, pauvres particuliers, nous sommes dans la merde/endettés, eux, nous aident-ils ?
J’crois pas non.
Eux ont le droit de mal gérer, de faire des dépenses inutiles, d’endetter la France un peu plus, le tout sans rendre de compte. Eux ont le droit de faire vivre la France à crédit, on le droit de creuser le déficit : on ne leur coupe pas les vivre, on les empêche pas de refaire de la m*** par-dessus, on leur tape à peine sur les doigts : « c’est pas bien, vilain politicien » et en prime, on les laisse s’étaler en public à grand coup de discours bien rodés pour justifier leurs conneries.
Après tout, ce n’est pas grave : le contribuable mettra la main à la pâte pour rattraper leur mauvaise foi.
Toi par contre, si tu te foires une fois dans la gestion des comptes… ça tourne vite au cauchemar. Mieux, t’as le droit de fermer ton clapet, de continuer à t’enfoncer et pleurer en silence. Pire, si tu as un souci un jour, tout comme l’animal malade dans la savane, on va venir t’achever, te piller, te racketter, t’enfoncer un peu plus dans ton erreur. On va bien te mettre le nez dedans et te laisser t’asphyxier. Seul.

Exemple : Hop, un mini découvert parce qu’une dépense non prévue s’est greffée à ton quotidien. La situation n’était pas chaotique….
Méfiance : les agios te guettent.
Tu te retrouves vite à devoir payer le double… avec une priorité aux agios. Tout l’argent que tu arrives à récupérer, mettre de côté, hop : absorbé, épongé par les agios (même pas tu en vois la couleur). C’est la politique du « tu m’vois, tu m’vois plus ». Disparu. Envolé. C’est magique…
Ta dette ? Ah la maline… elle, par contre, elle court toujours la saloperie. Du coup, les agios (c’est avide comme p’tite bête) continuent de la suivre de près. Et puis, comme on veut vraiment t’achever, on te rajoute des taxes, des impôts, des machins, des bidules. Bah oui tu comprends, t’es dans la merde, tout le monde s’en fout, mais par contre n’oublie surtout pas d’aider les autres (dixit le gouvernement) à vivre largement au-delà des moyens de l’Etat. Bref. Tu sombres, tu t’enfonces devant le regard impénétrable de ton banquier et de l’Etat. Personne ne t’aide, bah oui, tu as un salaire alors estime-toi heureux et « démerdes-toi et surtout ferme ta gueule ».
Pourtant, si l’argent que tu n’arrives à récupérer te servait à payer en premier ta dette… arrêtant ainsi la course des agios, tu pourrais rapidement résorber tes agios le mois d’après. Hop, terminé on n’en parle plus : tu reprends une vie normale, de consommateur normal (favorisant ainsi l’économie en plus). L’agio serait alors considéré comme un rappel à l’ordre ; on te le ferait payer comme pour te signaler « là, cocotte t’a merdé, attention. On marque le coup en te punissant à la hauteur de ta connerie. On te rappelle que  « ce n’est pas bien », mais maintenant, c’est fini, tu peux vivre. Fais juste attention »…

Et à côté de ce triste constat, tu vois le gouvernement dilapider l’argent public à tort et à travers, qui nous pond des lois plus débiles les unes que les autres (mais qui le fait à coup de stats truquées pour justifier faussement tout ça), ou pour des pseudos priorités aberrantes (histoire de cacher les VRAIES priorités dans cette mascarade). L’État ne connaît pas non plus l’agio lié à sa dette ; par contre, il a l’autorisation de continuer à gonfler sa dette, chose que toi, citoyen lambda, n’a surtout pas intérêt à faire !

Je trouve aberrant que toi, tu trimes comme un dingue pour avoir un train de vie décent et que tu croules sous les dépenses, factures, impôts alors qu’eux, ils voyagent en première classe dans des jets privés, ont des tickets essence, des voitures de fonction dernier cri ; ils sont exempts d’impôts (et même pendant leur retraite !).  Personnellement, voir Hollande et compagnie pavaner dans des hôtels de luxe, voir leur bedaine s’étendre à coup de 4 étoiles, gaspiller clairement l’argent public et pour ne jamais voir leur salaire diminuer : ça me débecte clairement.
Ils veulent aligner les retraites, taxer les épargnants, taxer ceux qui veulent bosser plus, taxer, taxer et encore taxer : où est la justice là-dedans ? Égalité (Liberté, Fraternité… non ?).

Pour moi, c’est simplement de l’escroquerie légalisée.

Un autre concept qui m’échappe : pourquoi toujours augmenter les impôts (vu que visiblement, ça ne marche absolument pas !) et ne pas penser différemment : baisser les dépenses ? Tout simplement ?

2. Politique véreuse

L’autre raison pour laquelle, je ne veux plus payer d’impôts ? C’est parce que nous sommes entourés de chers politiques qui ont tous un jour, trempé (ou tremperont) dans une histoire de justice : fraude, détournement, évasion fiscale…
Alors une question : pourquoi nous devrions payer les abus qui détruisent finalement et plombent nos vies ?
D’ailleurs, voilà une petite vidéo qui circule pas mal en ce moment sur les réseaux sociaux… et je trouve qu’elle résume à haute voix ce que nous pensons (majoritairement) tout bas : les gens vont vous pendre et ils auront raison…

3. Sentiment d’injustice

Alors oui,  je veux bien payer des impôts car finalement, c’est la base du contrat social, mais là où ça pèche, c’est que cette contribution est censée aider la société.
Aïe.
Pourquoi ne voit-on aucune amélioration notable de nos vies… ? Et je dirais même plus : pourquoi j’ai l’impression qu’on fonctionne en sens inverse ?

Notre pays excelle dans la mauvaise gestion des fonds publics, dans les dépenses inutiles, dans la mauvaise répartition de l’impôt. Résultat, la dette du pays prend un coup dans l’aile chaque année… du coup, on nous ponctionne encore plus, et tout cela en nous caressant dans le sens du poil : c’est la crise, soyons solidaires, blablabla. On nous enc*** à coup de paillettes, de fausses tirades, de poudre aux yeux ; on fait appel à notre sens de la solidarité, notre côté humain. Mais eux, concrètement, ils font quoi pour nous faire sortir la tête de l’eau ?
Je veux bien payer plus d’impôts pour l’intérêt commun et/ou si je vois effectivement une nette amélioration du quotidien, si ça évite de nous enfoncer encore plus dans notre crise. Mais là, j’ai juste le sentiment d’être une vache à lait, un sentiment de racket. Ce sentiment qu’on nous déleste de nos moyens pour… rien.

Quand je vois Hollande et Sarkozy prendre un avion chacun pour se rendre à l’hommage porté à N. Mandela, je hurle à l’intérieur. Les malins savaient très bien que les Français crieraient au scandale… Du coup, ils ont anticipé à grand coup de communiqué de presse : et du coup, tous les JT ont été unanimes à nous faire gober que 2 jets revenaient moins cher qu’un gros Boeing…
Nous prendrait-on pour des truffes ?
Bref. J’ai ce sentiment d’injustice, ce sentiment de payer non pas pour l’intérêt commun, pour sauver la crise de la France, mais seulement pour maintenir un train de vie élevé à une élite juste sous prétexte qu’il s’agit du sacrosaint « gouvernement ».
Alors merde.

4. Manque de proportionnalité/égalité

L’autre problème majeur que je vois dans le fait de payer des impôts, c’est l’inégalité. J’entends par là que nous payons tous des impôts mais qu’ils ne sont pas proportionnels à nos situations.

Lâcher un mois de salaire, quand on est à peine au-dessus du SMIC, ça te plombe clairement. T’es obligée de faire attention, de mensualiser. Tu dois te serrer la ceinture et mettre de côté tes loisirs, resto. Tu dois regarder les prix à Lidl de tout ce que tu achètes : le moindre écart et bim, t’es dans le rouge. Pire, dans certains cas, tu dois prendre un deuxième taf (justifiant ainsi le fait de pays encore plus d’impôts !) ; c’est une situation devenue commune, (anormalement) banale.
Lâcher un mois de salaire en impôts quand on est blindé, ça change quoi à ton quotidien ? Rien… Ah oui, ça fait chier de lâcher des thunes, mais ça n’a pas d’impact sur le reste de ton quotidien : t’as déjà de la thune de côté. Acheter tes courses plein pot, qu’est-ce que ça peut te faire ? Il te reste des milliers d’euros pour le reste.
Je trouve qu’il existe une injustice inhérente à la non-considération de la réalité : non, on ne vit pas de la même façon qu’eux. Non, on n’a pas non plus les mêmes préoccupations qu’eux.
Là-haut, au gouvernement, ils vivent au pays des Bisounours. Tout est beau et rose. Plein de paillettes, de couleurs, de petits cœurs.

5. Manque de transparence.

Autre chose qui me dépasse : le manque de transparence. Cette sensation de vivre dans une société de l’obscurantisme.

A toi pauvre citoyen, on te demande toujours de justifier tout à coup de 25000 justificatifs dont clairement tu te demandes s’ils ne se torchent pas avec. Et eux ?

Je n’aurai aucun problème à payer l’impôt si je savais précisément à quoi cela correspond (on se rendrait probablement vite compte des absurdités… c’est probablement pour ça qu’ils ne le font pas). Genre je rêve d’une déclaration où on te met le détail du pourquoi du comment
Par exemple, tu payes 100 euros d’impôts, et on te met noir sur blanc : 2 euros vont pour les retraites, 10 euros vont pour l’éducation, 7 euros pour…, etc. Après tout, n’a-t-on pas un droit de regard sur notre argent ?

6. Cela bloque l’économie et empêche l’épargne

Au final, à trop payer d’impôt…. On doit prioriser nos dépenses. On n’investit plus du tout ou peu, on ne se fait plus plaisir, on galère à épargner 2 kopecks, ce qui bloque l’économie (et entretient aussi un moral morose). Si on pouvait dépenser plus facilement, l’économie locale vivrait mieux aussi… CQFD.
Mais comme tout est cher, on va vers là où c’est moins cher : produits chinois, etc. En d’autres termes, on auto-entretient la perte de notre économie locale. La boucle est bouclée.
Mieux, des mesures aberrantes sont prises, le tout couvert de grands beaux discours.
Les clopes. On augmente le prix pour éviter les cancers. En soi, c’est très louable.
Dans les faits ? On modifie la loi et autorise les français à rapporter plus de cartouches d’Espagne… Les gens vont faire quoi, tu crois ?
Je trouve cette histoire de clope très révélatrice. Je suis fumeuse. Ok, le tabac entraîne des cancers (l’État est hypocrite parce que ça lui rapporte quand même bonbon tous ces paquets de clopes !). Pourquoi autoriser la fuite de l’économie vers les pays limitrophes ? Pourquoi ne pas impliquer ce principe à l’alcool ? L’alcool tue des gens en voiture… l’alcool crée des dépendances… des gens qu’il faut ensuite soigner… (SECU !!).
Pour montrer leur bonne volonté : pourquoi ne pas baisser les taxes de l’essence ? La voiture est utile à beaucoup plus de gens que les clopes…. Des gens qui ont besoin d’aller bosser en voiture par exemple…

7. Cela incite à la fraude

Conséquence de tout ça ? La fraude.

Pour payer moins d’impôts, nous autres salariés nous dirigeons vers le travail au black par exemple. Ce qui arrange aussi les employeurs qui croulent sous les charges et ne peuvent plus recruter. En ne recrutant plus, le taux de chômage augmente… l’Etat doit payer (Pôle Emploi, RSA, etc) et la boucle est encore bouclée.
Je ne parle même pas de l’évasion fiscale : ceux qui ont un peu de blé préfèrent le mettre ailleurs ( en Suisse par exemple) pour ne pas être étouffés de taxes. C’est dans la logique des choses : pourquoi payer à bloc alors que juste à côté, tu ne payes rien avec ce même argent ?
Bref. On fait tout pour nous faire fuir, tout pour nous inciter à frauder et tout pour tuer notre propre pays.
Mieux, pour lutter contre la fraude, on pond des lois débiles.
Le FISC a remarqué une baisse des déclarations… il y a trop de gens qui payent en liquide (dû au black). Mesure logique ? Baisser les charges pour inciter les employeurs à embaucher.
Mais non. On est en France. Alors au lieu de permettre des choses, on va préférer t’empêcher d’en faire d’autres : on envisage l’abaissement du seuil de paiement en espèces. Crois-tu que cela va résoudre le problème ? (d’où, en plus, l’intérêt d’avoir créé des billets de 500 euros. CQFD).

8. Ils ne savent pas compter !

Ce point-là est un peu plus personnel. Mais tous les 2 ans, j’y ai le droit. Je me retrouve une année à payer des impôts faramineux… et malgré mes plaintes, je suis menacée pour payer. Résultat, l’année d’après, ils me doivent des sous.
J’ai 30 ans, depuis que je paye des impôts c’est ainsi : une année je paye au taquet, l’année d’après, ils me remboursent le surplus. Débile, non ? Mais surtout, ils ne veulent absolument rien savoir.255168_293318260785480_1315457169_n
Il existe d’autres aberrations. Au début de ma vie active, j’ai connu des périodes de chômage… mais pas de primes à l’emploi, et des impôts à payer. L’année d’après je suis en CDI, gagne bien ma vie… mais comme il y a un an de décalage, je ne paye pas d’impôt, et je reçois la prime à l’emploi de l’année d’avant où j’étais dans la merde et où j’en aurais clairement eu besoin. Je ne sais pas vous, mais je trouve ça complètement idiot.
C’est le principe : tu es dans la merde, on t’enfonce. Tu vis bien, on t’aide.

Pour l’info, j’ai mis de côté la prime, pour payer le surplus d’impôts qu’on m’a demandé… Et l’année d’après, on m’a remboursé ce surplus. Bref, comment ils calculent ??!

9. Disparition de la classe moyenne

Les pauvres sont aidés donc passent dans un mode de vie « « « correct » » » (je tiens aux guillemets hein !!). Ils sont exemptés d’impôts et bénéficient d’aides. Ce n’est pas exceptionnel mais ça aide.

Les moyens = aucune aide donc style de vie bas. C’est mon cas. Je n’ai le droit à aucune aide. Rien. Nada. RAS. Je ne passe jamais dans les critères (à 4, 5euros près) ; au final, 4 ou 5 euros qui peuvent changer une vie. Je me retrouve donc avec un salaire lambda, tringlée d’impôts à droite et à gauche.

Si je fais le bilan, je vivrais mieux au chômage : aide de Pôle Emploi, RSA, aide au logement, prime à l’emploi, pas d’impôt, pas de frais de déplacement, alloc en tout genre, aide aux loisirs/vacances, réductions chômeurs… et ça, y’en a qui l’ont très bien compris et qui en profitent allègrement… ce qui me fait passer au point suivant :

10. La culture de l’assistanat

Notamment qu’on se retrouve au chômage. A mon sens, trop d’aide, tue l’aide (attention je n’ai rien contre les chômeurs car cela peut arriver pour tout le monde). D’ailleurs, je ne vais pas non plus cracher sur les quelques avantages auxquels on a le droit dans ces cas-là car je suis la première à en profiter quand cela m’arrive et ça aide bien. Mais comment tu expliques que certains restent au chômage volontairement, retravaillent un ou deux mois pour relancer les droits et se remettent dans la foulée à pointer ? Le calcul est simple : ils ont un confort de vie meilleur au chômage, alors pourquoi se lever le c** pour aller bosser ? Bah, tu vois, ça, moi ça m’énerve. Ils ont certes raison d’en profiter, après tout, mais ce qui me tue, c’est pourquoi l’Etat n’intervient pas et continue d’entretenir ça ?
Il y a clairement, à mon sens, un problème de contrôle des abus/profiteurs.
Comment expliques-tu que certains passent toute leur vie comme ça ? Assistés ? A rien branler ? Alors que toi tu te crèves le cul à aller bosser, te lever, le tout pour payer des impôts (qu’eux ne payent même pas) et te retrouver avec un confort de vie just-just ?
Je veux bien payer de l’impôt pour aider, mais pas pour, par exemple, verser des alloc à des familles qui en profitent… et qui pondent plus de gosses que de raisons.
Aider des gens à subvenir à leurs besoins parce qu’ils connaissent une période de vide. OK.
Payer des géniteurs sans scrupule, irresponsables, qui ne s’occupent même pas de leurs mioches, qui finissent délinquants (et dont nous allons payer encore la réparation du vandalisme) : non.
Vous voyez la nuance ? (je me lance dans un sujet houleux, là).
Payer pour une vraie justice sociale : oui, et même 100 fois oui.
Payer pour aider les gens à se responsabiliser : oui.
Payer pour de l’assistanat ? Non, et même 100 fois non.

11. La redondance

Je ne veux plus payer d’impôts parce que j’ai le sentiment de payer 20 fois la même chose à travers 20 appellations différentes (ça rejoint le problème de transparence cité plus haut).

Tu payes des taxes : sur l’essence, les clopes, au resto, à l’équitation, sur ton revenu, ta propriété, ton logement, ta voiture, le chauffage, la bouffe…
Bref. Tu payes tout le temps, probablement des choses en double, des choses inutiles. C’est redondant et finalement, tu ne sais même pas vraiment ce que tu payes : on noie le poisson dans la masse ; on le noie finalement pour te mieux te cacher les choses. De la poudre aux yeux. Il y en a tellement que même toi, tu ne sais pas pourquoi tu payes. Et quand bien même t’essaie d’approfondir le sujet, c’est tellement complexe (les lois, les noms, les micro nuances, etc.) que t’y comprends plus rien.
Alors on paye, on ferme nos gueules et en ronchonnant dans nos coins.
J’aimerais un jour voir noir sur blanc le détail de tout ça. Je suis sûre qu’on ferait des bonds de 15m.

12. Parce qu’on nous ment

Je ne citerai qu’un seul exemple (y’en a trop !!).

Si je travaille en double emploi, c’est qu’avec un seul, je ne m’en sors pas… Ce n’est franchement pas pour le plaisir de me lever tôt et faire des heures de ouf, hein.

Résultat, on te taxe… 2 fois plus. Logique française. Donc au final, tu t’en sors encore moins. Et quand tu calcules qu’au chômage, tu touches la même chose sans bouger ton cul… bah il faut avouer qu’on se laisser tenter (cf. point 10. sur l’assistanat). Quoi ? C’est humain non ? Entre cumuler 2 tafs et raquer, ou rester à la maison à rien faire et ne pas raquer, c’est tout vu non ?

Mieux. En France, il est interdit de cumuler 2 emplois et de dépasser 48h de travaille hebdo (article L. 324-2 du code du travail) (je n’aborderai pas le sujet des sénateurs qui cumulent on ne sait combien de mandats, touchent plus, et sont exonérés de toutes taxes hein). Soyons honnêtes : pour faire 2 tafs, ou tu dépasses allègrement les 48h hebdo, ou t’es obligé de frauder (black) pour que ça soit vraiment utile. Donc on t’incite à frauder. Tu fraudes, tu touches du black, du coup tu ne payes pas d’impôt sur cette partie… Tu arnaques l’État certes, mais toi tu le vois différemment : l’argent du black va te permettre de mieux vivre, d’épargner, d’investir. Du coup, tu vas mieux consommer, aider l’économie locale etc. Bref. Frauder te fait participer au mieux-être de ton pays mais… illégalement. Bravo la France !
Travailler plus, pour gagner plus : mon œil. Travailler plus, pour payer plus…

13. C’est stressant tout simplement !

La dernière raison que j’évoquerai, c’est tout simplement le stress généré.

Tout le monde en parle. Ça tombe avant Noël… faut rentrer dans les calculs : comment je vais faire, comment je vais payer, ma mensualisation va-t-elle passer ? Est-ce que je vais pouvoir gâter mes proches à Noël ou est-ce que je vais devoir me saigner ?

Sans compter qu’à cette période-là, au JT, ils ne parlent que de ça ; on te rappelle la deadline à tout bout de champs comme un compte à rebours… Le stress à son apogée. Tu sais en plus que les impôts ont un pouvoir énorme. Autant quand t’es dans la merde, tu te dis « merde j’ai pas payé l’EDF », tu recevras une relance et basta ; autant pour les impôts, tu envisages déjà la fin du monde. Il existe une sorte de sacralisation autour de cette administration : les impôts savent tout, contrôlent tout et ont le pouvoir de te faire tomber. EDF au pire, ils te font 3 lettres de rappel, mais pour les impôts, tu n’envisages pas cette solution. Tu as une pression de fou, si tu ne payes pas tes impôts, hop, t’imagines déjà l’huissier chez toi dans les 24h en train de saisir ton mobilier.

Conclusion

Comme je le disais en intro, je ne suis pas contre le fait de payer un impôt pour contribuer à la vie de ma société.

Je suis en revanche contre payer cet impôt quand il s’agit de nous enfoncer encore plus, quand tu n’en vois pas les bénéfices, quand il entretient l’assistanat et maintien les privilèges injustes des politiciens, quand il nous fait sombrer encore plus dans la crise, quand il nous asphyxie.
Ah mince, je devrais probablement arrêter de payer alors… mais c’est prendre un énorme risque.
Contribuer, d’accord, mais contribuer de façon raisonnable ET raisonnée.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Article publié sur http://sobusygirls.fr/

Publicités

8 réflexions sur « Payer des impôts,oui mais… »

  1. Je suis super d’accord avec toi. D’accord pour payer des impôts, à condition qu’on nous implique davantage dans le choix des priorités auxquelles cet argent sera attribué + à condition qu’on en voie les bénéfices.

    Je suis plus mitigée sur la « culture de l’assistanat », je ne crois pas qu’il faudrait « plus de contrôles » mais simplement moins taxer les salariés, enfin je parle surtout des petits salaires, ceux qui sont juste au-dessus du seuil…

    C’est un peu comme la fucking redevance télé, payer un service public d’accord, mais vu la débilité des programmes diffusés sur la majorité des chaînes publiques, non, pas envie de financer ça…!

    Pour conclure, je l’ai mauvaise et approuve 90% de tes propos !

    J'aime

    1. 🙂 Mon passage sur la culture de l’assitanat est le passage sur lequel quasiment tout le monde a tiqué. A priori, j’ai mal résumé mon point de vue laissant place à certaines interprétations.
      J’entends pas là que aider les gens c’est bien et louable mais que malgré tout, il y a des profiteurs. C’est contre ces personnes que j’emploie le terme « assistanat’.
      Je ne remets absolument pas en cause les aides (d’autant plus qu’elles me font vivre actuellement). Je remets en cause le fait que certaines personnes en profitent allègrement et sans aucun scrupule. J’ai dans mon entourage des gens qui sont au chomage de longue. Arrivé en fin de droit, ils bossent un peu et arrêtent volontairement de bosser… pour palper le chomage, les alloc et être exempts d’impôts. Une personne que je connais a 2 gosses… et est tombée enceinte du 3ème. Elle m’a sorti que c’était limite, mais qu’au final elle toucherait plus d’alloc’ alors elle a décidé de le garder (3 gosses, 3 pères différents, mais ça, c’est une autre histoire). Garder un enfant pour ces raisons, est-ce vraiment défendable ? C’est ces personnes là qui me gênent… j’en connais une, mais j’imagine bien que d’autres font pareil. Et ça ça m’énerve surtout quand je vois que parallèlement il y en a d’autres qui se crèvent vraiment le cul et ont vraiment du mal à s’en sortir quand même.
      Après ça reste mon point de vue, et que je comprends le tiens également sur la question. Je voulais juste exliquer un peu plus ce que j’ai voulu dire et que j’ai -semblerait-il – relativement mal exprimé.

      Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il faut revoir les taxes sur les salaires juste au-dessus du seuil. Et je partage intégralement ton point de vue sur le redevance TV. C’est l’exemple le plus flagrant du fait qu’on paye pour de la merde.
      Mais bon, on ne peut pas refaire intégralement le système…

      J'aime

  2. J’applaudis des deux mains. Tu as tout bon.
    Je me suis retrouvée au chômage d’une heure à l’autre et on me demande de payer des impôts qui en gros me volent tout ce que j’ai.
    Actuellement je ne peux pas remplir mon frigo et c’est bien la première fois de ma vie que ça arrive. Je n’ai jamais connu ça. J’ai toujours eu un certain confort. Je reprends une activité samedi après quatre mois, et la meilleure c’est que je vais me lever et me casser le cul pour 300€ de plus et un seul jour off. Mais bon ça me va, 300€ de plus je vais pas cracher dessus. Mais quelque part je commence à comprendre ceux qui ont décidé de se branler. Finalement le chômage est trop bien payé.

    J'aime

    1. Tu as raison !
      Le chômage est trop bien payé comparativement à ceux qui bossent (attention, je ne critique pas le fait qu’on nous aide quand on est au chômage). Je comprends paradoxalement que le montant attribué par le chômage augmente vu que le niveau de vie augmente aussi. Je comprends aussi l’existence de cette aide (fondamentale!). En revanche, je ne comprends pas pourquoi les salaires eux… stagnent lamentablement et que personne ne semble vouloir changer la donne (vive les taxes qui plombent!) : ça ne donne pas envie d’aller bosser pour un SMIC… quelques euros de plus qui vont te faire sauter toutes les aides et qui en plus vont te remettre dans le circuit des impôts.
      Bon courage pour samedi 🙂

      J'aime

  3. C’est marrant je pense exactement la même chose : payer des impôts devrait être une forme de solidarité et à la place les classes « moyennes » trinquent et les classes politiques s’enrichissent et font n’importe quoi …
    J’ai donc crée un sondage sur votefreak.com pour savoir ce que tout le monde pense : « Pensez vous que nos impôts sont utilisés à bon escient? » http://www.votefreak.com/show_vote-77.

    J'aime

  4. Il faut choisir entre :

    Dépenser son argent pour soi-même. (égoïsme ou pragmatique ?)
    Dépenser son argent pour quelqu’un d’autre. (Altruisme ou naïveté ?)
    Dépenser l’argent de quelqu’un d’autre pour soi-même. (Vol ou débrouille ?)
    Dépenser l’argent de quelqu’un d’autre pour une autre personne…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s