Société qui joue avec la loi : que faire ?

indexIl doit exister des profils type de « victimes ». Lors de la journée consacrée à la violence faite aux femmes, j’ai vu plusieurs témoignages de femmes qui semblaient à chaque rencontre tomber encore et toujours sur des hommes violents. Je me suis demandée : pourquoi ? Existe t-il quelque chose dans leurs mots/attitudes, de l’ordre de l’inconscient, qui les rendent plus « vulnérables » et incitent ces tarés à les « choisir »?
Je me pose la question, car j’ai l’impression de vivre la même chose à titre professionnel. Après avoir vécu le harcèlement moral une 1ère fois et avoir fini en burn-out, licenciée comme une sous-merde, me voilà à nouveau dans une société où les pratiques sont « borderlines ». Tant d’un point de vu juridique, que sur la façon de faire de ma boss.
Plus les jours passent, et plus j’ai l’impression de revivre certains moments, certaines phrases, certains comportements.
Pour le coup, dans cette boite où je suis actuellement, c’est quand même plus fourbe. Néanmoins, il y a des choses qui se recoupent.
Par exemple, faire réaliser aux employés des choses qui ne leurs incombent pas. En ce moment, je suis censée faire de la vente, réaliser des contrats, et travailler en même temps pour une 2nde société. Rien de tout ça ne faire parti de mon job (communication) et rien n’est écrit dans mon contrat (j’ai signé pour une boite, pas l’autre).

Dans le même style, on me demande de réaliser des projets… surréalistes, comme monter une rencontre entre chefs d’entreprise. En moins d’un mois avec 500 présents (et sans budget bien sûr). J’ai réussi à négocier le délai (après la fin de mon CDD … Pas folle la guêpe ;)); pour le budget elle va facturer mon taf sur l’autre boite… Ça en dit long.
Vu que nous sommes une société récente et sans trop de réseaux, elle m’a demandé d’utiliser les fichiers clients de … nos clients, sans leur dire. Ce qui est totalement illégal. Et que bien entendu, je ne ferai pas. Elle m’a aussi demandé de faire appel au miens (notamment car j’ai bossé dans un média), j’ai pas insisté : mais c’est juste, hors de question. Idem, elle s’est mise en tête de faire venir son réseau, donc inviter ses collègues de son bord politique (et qu’eux!) : racistes bonjour.
Je lui ai dit non, mauvaise idée. « Ah bon pourquoi ? » Comment dire ? Outre les idées de débiles, associer une société à un parti politique est toujours contre-productif à un moment donné. Et au delà de ça, je REFUSE de bosser dans une boite qui affiche ses idées politiques. Quelles que soient celles-ci (et encore plus quand ce sont des propos racistes !!!!). A vomir! (quand j’écris ça je peux pas m’empêcher de me dire que les mois qu’il me reste vont durer une éternité!).

Autre chose improbable, elle m’a demandé de mettre sur nos supports de communication, les logos de nos partenaires (propriété intellectuelle). Ça pourrait être normal, sauf qu’ils ne sont pas partenaires et ne savent probablement pas que notre boite existe. Il va de soi que je n’ai aucune autorisation de leur part et pour illustrer mon propos, je parlerai juste de « logo du gouvernement ». Je lui ai dit, expliqué que les logos du gouvernement faisant en plus l’objet d’une charte ultra pointilleuse (pour avoir déjà dû le faire dans des conditions de VRAI partenariat). Mais non. « Ça nous donne de la crédibilité »…. Pour combien de temps .. ? Là est là question. Je ne l’ai toujours pas fait. Et ne le ferai pas.

Pareil, elle a voulu que je bosse pour un gars qui a fait faillite en France, qui avait des dettes qui se comptaient en million d’euros, à qui elle a conseillé de ré-ouvrir une boite en Espagne et foutre ses comptes en suisse. Tout ça dans le milieu fiscal en plus. Ce monsieur n’a jamais donné suite. OUF.

Encore un pont commun : ne pas être reconnu dans son job : autrement dit, elle m’impose ses choix en termes de communication alors qu’elle m’a embauchée pour ça vu qu’elle n’y connait rien. Elle va donc dépenser 2/3000 euros pour de la publicité qui ne lui servira à rien… puisque ce type de média n’est pas le bon pour notre « cible ». Je lui ai dit, elle a argumenté, j’ai contre-argumenté. Aucun écoute. Elle a décroché son téléphone devant moi et fixé un RDV pour acheter cette campagne. Et bien sûr qui se colle à la négociation ? Moi. Ça risque d’être compliqué puisque pour moi, il n’y a AUCUN intérêt à mettre en place ce genre de campagne. Une fois de plus, je ferai ça en « freestyle ».

Encore un autre : nous refaire faire 25 fois la même chose car elle est désorganisée. Du coup, elle confirme un RDV, oubli, demande à mon collègue de le faire. Oubli. Et me demande à moi de le faire. Ou comment perdre du temps et de l’efficacité. Souvent on se retrouve à faire des choses qui ne nous incombent pas car elle a « pas eu le temps » (=oublier). Là, elle doit mettre en place un logiciel. Seule elle a les identifiants… elle ne l’a toujours pas fait donc nous on est bloquée et tout à fait normalement : « vous vous en êtes occupés? »
Autre pratique étrange : 1 mail pour 3. Ça me dérange vraiment comme pratique : 0 confidentialité des dossiers, on ne sait pas à qui les mails sont adressés, bref. C’est n’importe quoi.
J’ai réussi à négocier des mails perso. On l’a fait, elle devait s’occuper du sien, je lui ai donné les docs, et devant un client (car le gars a envoyé des mails qu’elle n’a jamais reçu) me dit : « vous l’avez fait pour moi? ». « Non, vous deviez vous en occuper, vous m’avez demandé les docs, ça fait 15 jours qu’ils sont sur votre bureau ». Suite à ça, elle a essayé de le faire et n’a soi-disant pas réussi…. J’ai retrouvé les docs sur mon bureau pour lui faire…. N’ayant pas ses identifiants…. Ça me fait penser qu’elle veut embaucher une secrétaire qui répondra aussi à ses mails perso car elle considère que c’est une perte de temps. Et de fil en aiguille, je repense à une autre anecdote, on doit convaincre des chefs d’entreprise de venir à une réunion sur un sujet sensible (dépression quand ils sont en faillite). Donc j’évoque la problématique du choix des mots pour ne pas les braquer. Sa solution ? Leur dire qu’ils viennent à une réunion lambda, et leur faire la « surprise ». En terme éthique, je trouve ça… minable.

Au-delà de ça, elle fait un autre truc qui est condamnable : utiliser des financements publics dédiés à des projets, monter les dossier dans ce sens, mais les utiliser pour d’autres projets… et donc faire des faux. Mais, ça, ça n’est pas mon job. C’est celui de mon collègue. Cela dit, le sachant… c’est véritablement quelque chose qui me pose un problème de conscience. J’ai d’ailleurs vu un article sur le sujet où justement, ils disaient que ces fonds là étaient trop souvent utilisé à autres choses et qu’il fallait envisager de contrôler un peu pus.

En plus de tout ça, il y a plein d’autres choses qui nous font de plus en plus tiquer. Elle a déjà fait faillite une fois, elle a eu des refus (2) de financement des banques (bien qu’elle soit, soi-disant, issue de ce milieu!) sur ces 2 boites (dont une est en pleine croissance). Assez étrange non ?
Elle ne s’est entourée que de personnes chelous. Du type une associée… que mon collègue a topé en flagrant délit de fraude. Après recherche on a découvert qu’elle avait été condamnée… Sursis, amende de près 800K euros, rejetée en rappel, interdiction d’exercer. Bref, la totale. Vu que ça commençait à jaser, notre bosse l’a viré et crache sur elle. Sauf qu’elles étaient amies… elle ne pouvait pas ignorer ça.
Étrangement, elle fait une énorme fixette sur tout ça, le milieu juridique etc. … elle est en procès avec toute sa famille, en procès avec son ex-mari, son ex-associé, son ex-salariée et un client.

A coté de ça, elle ment ouvertement aux clients, aux gens qu’elle rencontrent et ce devant nous, ce qui nous met dans des postures de ouf. On apprends les choses en live « ah bon on fait ça aussi ? ». Ce après quoi elle me dit que je dois prendre de l’assurance. De l’assurance, j’en ai, mais pas quand on ment aux gens, qu’elle leur vends du rêve et du n’importe quoi. Je ne sais pas faire. Et surtout, ça ne m’intéresse pas.

Elle est aussi très… impulsive. De 11 clients, il nous en reste que 3. Elle s’est engueulée avec tous, sans JAMAIS se remettre en question. C’est toujours eux qui ont un souci… soit d’alcoolisme parce qu’elle l’a vu boire une bouteille de vin en soirée, de drogue, de narcissisme de çi, de ça. Tout le monde a des problèmes sauf elle. Ce n’est JAMAIS de sa faute… Et vu de l’extérieur, sincèrement, hormis une cliente qui a vraiment merdé, les autres n’étaient pas en tord. Le top c’est qu’elle les pourris vraiment genre « marchand de tapis », « profiteur ». Tous les termes qui pourraient finalement s’appliquer à elle même. Pareil pour nos partenaires (les vrais ce coup-ci) qui appliquent avec nous des tarifs préférentiels. Elle ne comprend pas. Ce sont des « parasites », « profiteur » car ils nous font payer… alors qu’aux clients elle dit « tout travail mérite salaire ». Hum. C’est une femme de paradoxes permanents. Tout est comme ça…

Autre pratique qui, personnellement, me choque : quand elle parle des clients, elle parle de « fric » et « pognon »… Une mentalité que j’exècre… Là, on une cliente qui fonctionne bien, donc on doit trouver un moyen de « gratter un peu de fric ». Bref. Vous voyez l’genre?
Elle commence aussi à dériver sur ses propos, pas sur moi, mais sur mon collègue en se moquant « gentiment » de son coté tête en l’air et naïf… et ça, pour moi, c’est le début du harcèlement moral ; c’est comme ça que ça avait commencé dans ma précédente boite : par l’humour, pour ensuite faire de ces « critiques » les pires défauts du monde et le retourner professionnellement à son désavantage.

pElle nous parle aussi de son expérience pro et ses formations, et s’en rajoute chaque jour. En clair, elle a tout fait, mais on ne trouve aucune trace. Depuis 15jours, elle m’a appris qu’elle avait suivie une formation dans une de mes spécialités. C’est sorti comme ça au milieu d’une conversation avec justement un mec spécialiste dans ce domaine ; elle ne m’en avait jamais parlé avant. En fait, c’est comme si elle voulait être au même niveau voire plus forte que tout le monde. Sauf que… Chacun sa spécialité. J’ai essayé d’en parler avec elle de cette formation justement, et sincèrement, il est impossible qu’elle ait faite car elle n’y connait rien.
Elle a une grande spécialité : vendre le job de mon collègue et le miens aux clients. Sauf qu’elle ne connait pas nos tafs, donc on se retrouve à faire des choses… inutiles. Par exemple pour moi, elle leur vend systématiquement mes compétences en newsletters… sauf que madame a acheté un fichier de 10000 contacts à même pas 40balles. Autrement dit, un fichier complètement bidon. De fait, quelle que soit le mail que j’envoie, il n’y aucun résultat (forcément) et du coup, je me prends les retours clients pas contents… Quand à mon collègue, lui, il doit les faire payer pour ça. Je ne parle même pas des logiciels que je dois utiliser… qui ne sont pas adaptés du tout. Mais là encore, aucune écoute.
Dans le même genre, elle veut standardiser mon taf : vendre à tous les clients des packs mails. J’ai beau lui dire que c’est bidon et que selon la structure c’est totalement… inutile, j’ai beau lui dire que mon taf, c’est justement la personnalisation, rien à faire.

Allez, une dernière pour la route. Nous avons assister à une conf d’un de nos partenaires. 60 personnes présentes ; elle a été la seule à interrompre 25 fois la conférence avec des questions… complètement impertinentes et hors sujet. A la fin elle a été les remercier d’avoir brossé son portrait pendant la présentation…. Ils n’ont jamais parlé d’elle. Ils ont juste parlé du profil type des chefs d’entreprise : elle est persuadée qu’ils se sont basés sur elle. Bref. Le monsieur m’a mis la main sur l’épaule en me faisant un petit sourire de circonstance qui voulait tout dire : je me suis barrée prétextant un coup de fil. Je ne peux plus faire semblant.

Ceci est un très gros résumé de la situation.
Encore quelques mois à tirer. Je cherche bien sûr ailleurs … J’ai posé ma candidature pour ma formation et j’attends une réponse, mais je ne peux pas rester dans une société aussi… véreuse. J’ai peut-être une ouverture à la fin de mon contrat pour repartir dans la vente. Ça ne me fait pas rêver mais je préfère vendre des slips kangourous que de bosser dans une société pareille.
C’est là aussi que l’on se rend compte des limites du droit français qui ne permet pas de solutions rapides dans ces cas-là (malheureusement de plus en plus fréquent). Si la loi française était plus « ouverte » quant aux démissions, il y a longtemps que je serai partie. En septembre en fait. Malheureusement, si je le fais, je perds 4 mois de chômage… Sachant que ma femme est sans emploi (quelques extras par-çi, par-là), cela devient compliqué. Il y avait aussi la possibilité de démissionner et faire un procès, mais le temps que tout se mettre en place, je vais me retrouver sans rien non plus, et financièrement ce n’est pas possible.
On a aussi penser à la dénoncer anonymement, mais vu qu’on y est encore, on a peur de faire parti des dommages collatéraux car on est persuadé qu’elle nous fera évidement porter le chapeau. Et comme elle est rodée sur les procès : aucune trace écrite. Aucun mail, elle n’utilise même pas le numéro de tel de la boite. Elle nous dit tout oralement….
Bref. Le truc sans fin.

Pour celles et ceux qui se posent la question:

  • Je n’ai rien fait d’illégal jusque là. Juste une action borderline. Techniquement mon collègue a organisé un événement avec son asso. Elle m’a demandé de récupérer le fichier des invités pour balancer une pub. Je lui ai dit : interdit sans accord (opt-in pour ceux qui connaissent). J’ai eu l’accord de mon collègue (écrit) m’autorisant à le faire sur le fichier qu’il avait préalablement trié. Je lui ai bien expliqué ce que cela induisait, le fonctionnement des opt-in, je lui ai fait lire la loi et lui ai envoyé par mail. Il a été OK malgré tout (car elle lui a mis la pression pour trouver du contrat il faut dire). Bref. C’est parti en cacahuète car la 2ème organisatrice l’a su. La boss a rattrapé le coup.. d’ailleurs à ses yeux la fille qui a fait scandale est un parasite ; ma boss lui a fait du chantage, et du coup ça en est resté là. De ce jour là, pour moi c’est terminé. Même petite action, c’est mort : je ne ferai pas (elle a qu’à me licencier, ça m’arrangera!!).
  • Deuxième point important, tout ça me pose vraiment un énorme problème,et il est évident qu’une fois que je serai partie (et mon collègue aussi!), je la dénoncerai anonymement… Je ne peux pas laisser passer ça. Pour l’heure, je veux juste que nous sortions de là sans laisser de plumes.

Si d’ailleurs, vous avez des solutions…. ?

Publicités

6 réflexions sur « Société qui joue avec la loi : que faire ? »

  1. Comme c’est chaud!
    Plus j’avançais dans ton article et plus je me disais « mais ça ne s’arrête donc pas ces conneries?! »
    Je comprends ta situation, ayant moi même fait un peu de communication c’était pas la joie mais la je me rends compte que c’était rien comparé à ce que tu racontes… de quoi te dégouter de ton métier !
    Il te reste combien de temps à tirer? Courage, le CDD a cette faculté de te faire chercher ailleurs et sortir de cette situation et d’avoir ta prime de fin de contrat.

    Bisous !

    J'aime

    1. Ça ne fait que commencer. Les clients parlent de fausse facture… Là il y en a un qui a cru bien faire et en fait, cela oblige ma société à faire un vrai faux. J’en suis au stade où j’espère que l’organisme va percuter… De mon coté l’évènement que je dois créer elle m’a imposé une date. Une mauvaise date pour ce genre de projets. Et elle ne veut pas qu’on s’occupe du lieu : « ça sera la suprise » pour les gens. Tu parles. Comment veux tu mobiliser des chefs d’entreprise sans un concept valable et sans lieu défini. Pareil pour le prix « on verra en fonction du nombre »… donc je n’ai aucun budget et pour inscrire les gens je vais pas mettre « prix à venir » ; c’est du grand n’importe quoi…

      J'aime

  2. Et si tous les deux vous demandiez à une tierce personne de la dénoncer ? J’imagine que tu racontes tout ça à ta compagne, et j’imagine que ton collègue fait de même avec ses proches, du coup c’est peut-être possible ? Sinon il faut juste attendre que le CDD soit fini…

    Pour revenir à ce que tu disais en début d’article je crois effectivement qu’il y a un profil type de victimes. Quand j’ai travaillé sur le harcèlement scolaire une de nos témoins était en Seconde ou Première. Elle était harcelée depuis le collège. Le premier harcèlement l’ayant fragilisée, les autres étaient plus faciles pour les harceleurs. Je crois que c’est un peu pareil dans ton cas. Comme t’as dit à ta boss que t’avais eu des problèmes de harcèlement c’était facile pour elle de tirer sur cette corde-là pour te vendre du rêve et fait n’importe quoi après…

    J'aime

    1. Le problème c’est : comment sortir de ce schéma de « victime »? Suis-je vouée à revivre ça à chaque fois ? Ca me rend dingue… pour la dénonciation personne veut le faire compte tenu des risques pour nous. Mais les clients commencent à poser des questions chelou… et qui laissent à penser qu »ils se doutent de qqch. Ĺà on en a un qui nous en a parlé et qui a clairement courtcircuité le processus habituel… mettant clairement la boite fasse à ses faux. La boss a pété un plomb en disant que c’était un tordu…. incroyable mais vrai. Elle a pourri mon collègue en disant qu’il faisait n’importe quoi. Et moi (nous, mon collègue aussi) espérons que ce client continu dans sa lancée et que l’organisme de financement percute….

      J'aime

      1. Je ne pense pas que tu sois vouée à le revivre. Ça doit jouer dans l’inconscient ou quelque chose comme ça. Donc c’est réglable je pense.

        Je vois… je pense qu’à un moment le client va en avoir vraiment marre et finir par dénoncer. J’espère pour vous en tout cas !

        J'aime

      2. J’espère que c’est réglable, et j’espère que le client va mettre le bronx.
        En attendant, j’ai découvert une autre pratique illégale… qu’elle m’a demandé il y a quelques temps, et j’avais tiqué car ça ne tenait pas la route et qu’il n’y avait aucune logique : revendre 3 fois plus cher quelque chose que tout le monde peut trouver sur le web quel intérêt ? Du coup, je n’ai jamais réussi à le faire, ni à le vendre (ça n’est pas mon job, et vendre hors de prix, encore moins), et le client agacé, a tout annulé (lui aussi a regardé sur Internet). Ouf, j’ai eu chaud aux fesses.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s